Thierry Henry pour diriger les Girondins ?

Jusqu'à 100€ Offerts

Profitez de l'Offre !

En route pour l’Europa League avec Bordeaux qui s’envole direction La Gantoise, en attendant Henry dans ses rangs. Nous avons appris beaucoup de choses de l’entraîneur par intérim de Bordeaux Eric Bédouet lors de la conférence de presse organisée hier, mercredi 22 août 2018 à Gand en Belgique.

Bordeaux sous pression

C’est en effet son avenir européen que Bordeaux joue ce jeudi soir à 20h45 en Belgique et sur le terrain de La Gantoise. Une rencontre pour les barrages aller de l’Europa League. Mais si Bordeaux fait aussi la une de la presse sportive en ce moment, c’est tout simplement parce que le club drague ouvertement depuis cinq jours le champion du monde Thierry Henry, histoire de le mettre à sa tête pour redorer son blason largement terni par l’affaire Gustavo Poyet qui s’était montré furieux en conférence de presse contre ses dirigeants qui ont laissé partir l’attaquant Gaëtan Laborde à Montpellier sans l’en avertir. Il avait alors menacé de quitter le club en déclarant : « Je ne suis pas content aujourd’hui, c’est mon plus mauvais jour dans ce club. Ce que le club a fait aujourd’hui avec Gaëtan Laborde, c’est une honte. J’ai demandé au club qu’il ne parte pas jusqu’à ce qu’on prenne un joueur, ils n’ont pas recruté et ils ont fait partir Laborde ».

Thierry Henry à Bordeaux

Il faut bien avouer que les chances de voir débarquer l’ancien champion à la tête des Girondins sont montées en flèche ces dernières heures. Suffisamment en tous cas pour que nous vous en parlions aujourd’hui avec plus de certitudes que quelques informations de bruits de couloirs. On retrouve même ce matin l’équipe de RMC Sport, qui confirme déjà que le recordman des buts en équipe de France aurait dit oui aux Girondins.

Mais fort de constater que nous ne trouvons encore pas vraiment à cet instant précis de dirigeant pour confirmer l’information, nous émettrons donc quelques réserves ces prochaines heures. L’information ne sera pas bien longue à venir en effet, en raison de la procédure de licenciement enclenchée vendredi dernier contre Poyet. Un entraîneur qui, dans les faits, est toujours en poste malgré « ses propos dépassant les bornes » contre sa direction. Mais vous pouvez déjà mettre une option sur le club si vous pariez en ligne sur des sites comme Bwin.

Fin de l’épisode vendredi

C’est un processus qui prendra fin demain, vendredi 24 août 2018 et qui pourrait permettre à Henry de voir tout s’accélère subitement autour de lui, alors qu’il n’a pas caché être en quête, du haut de ses 41ans, d’une première expérience de coach principal dans un club français. Il faut dire qu’il a plutôt bien démarré du côté du coaching en ayant fait ses premières armes en Belgique. On se souvient en effet qu’il a été adjoint en charge des attaquants des Diables Rouges. Une Fédération belge qui ne désespère pas, malgré la drague de Bordeaux, de le convaincre de passer premier adjoint du sélectionneur Roberto Martinez.

Mais ce ne sera pas chose facile pour les Belges puisque dernièrement, l’entourage de Thierry Henry s’est renseigné sur les us et coutumes girondins. Ils ont analysé de loin le contexte bordelais, mais aussi fait le point et le bilan sur les arguments sportifs et financiers que doivent apporter par exemple les futurs repreneurs américains de GACP. Un groupe appelé à valider sa candidature en termes de coach.

Le retour de Titi Henry

Le Français Thierry Henry a été beaucoup vu sur le terrain, lors du mondial qui s’est déroulé du 14 juin au 15 juillet 2018 en Russie, alors qu’il était l’entraîneur assistant de la Belgique qu’il avait alors en partie accompagnée jusqu’à la demi-finale du Mondial en Russie face à la France, à Saint-Pétersbourg, le 10 juillet 2018.

Mais c’est vendredi dernier qu’Henry est sorti réellement du chapeau. En effet, le jour de l’annonce de la mise à pied de Poyet, son profil a fait l’unanimité par rapport à d’autres grands noms de techniciens encore plus expérimentés que lui, comme Rémi Garde, Jürgen Klinsmann, Claudio Ranieri, Jocelyn Gourvennec ou encore Laurent Blanc. On a même évoqué pour un rôle de directeur sportif, poste qui manque cruellement au club des girondins, le nom d’Arsène Wenger.

Un gros travail en perspective

Il y a en effet du pain sur la planche prévue pour celui qui sera le futur entraîneur bordelais. Les hommes de Benoît Costil ont effectivement manqué leur départ en Ligue 1, se classant actuellement 18e, et on sent donc que la crise s’est bien invitée au sein du club. On retrouve un manque d’affection flagrant de la part des supporters de plus en plus inquiets de la tournure que prend cette passation de pouvoir à venir et encore incertaine. Une crise qui se ressent dans le fait que les entraînements sont à huis-clos jusqu’à nouvel ordre. On a affaire ici à une affaire qui pourrait tout aussi bien s’avérer piégeuse en Europa League, surtout avant ce déplacement à Gand, une équipe qui avait fait littéralement souffrir Lyon il y a trois ans de cela en Ligue des Champions.

L’épreuve de Gand

Actuellement sous la tutelle de l’intérimaire Éric Bedouet, les Girondins de Bordeaux passeront un vrai test de solidité ce soir lors de cette redoutable rencontre. Avec Pablo de retour dans l’axe, le club compte profiter du Brésilien pour gommer son déchet technique coupable à Toulouse et sa fameuse et décevante défaite 2-1. Des Girondins qui miseront également sur Samuel Kalu, leur nouvel ailier nigérian et transfuge du club belge qui a tout à prouver et puisera forcément dans ses dernières ressources pour briller face à ses anciennes couleurs.

Le technicien par intérim a joué également la carte du silence lors de la conférence de presse d’avant match mercredi à Gand, lorsqu’il a été interrogé sur la rumeur Henry. Il a en effet botté en touche en déclarant ne pas être tenu informé des négociations : « On n’a rien, vraiment rien du tout. On est là pour jouer un match. Ce qui se passe en coulisses, on n’est pas au courant, sincèrement ».

C’est une situation plutôt incommodante pour tous, et surtout du côté des joueurs. Et ça, Eric Bedouet en a bien conscience. Il concédera même que certains joueurs étaient « perturbés » par la situation. Mais il a également expliqué aux micros de la conférence qu’il devait impérativement « tenir compte du match de dimanche » en L1 contre Monaco et qu’il effectuera donc des « rotations » ce soir lors du duel face à La Gantoise. Une équipe adverse qu’il qualifie de « très belle équipe qui a des qualités dans chaque zone ». Si vous pariez en ligne sur des sites comme Unibet ou NetBet, vous savez ce qu’il vous reste à faire…

100€ de Paris Gratuits Offerts

Profitez de l'Offre !