L’OL et l’OM n’est pas égal à PSG

Jusqu'à 100€ Offerts

Profitez de l'Offre !

La photo des Parisiens qui se congratulent après un but contre Strasbourg en Coupe de la Ligue le 13 décembre 2017, à La Meinau, fait le tour de la presse spécialisée depuis ce matin. En effet, le PSG, actuellement quadruple tenant du titre, a bel et bien pris sa revanche contre Strasbourg (4-2) mercredi, en 8e de finale de la Coupe de la Ligue. Et si nous vous parlons ici de revanche, c’est tout simplement parce que Strasbourg avait été le premier club à faire tomber le club parisien cette saison. L’autre nouvelle, moins valorisante, est la défaite de deux autres clubs qui vont dire adieu au championnat : Lyon et Marseille ont été effectivement éliminés lors de cette journée de Coupe de la Ligue.

Quel proche avenir pour le PSG

À présent, il est temps de voir ce qui attend les Parisiens. Le Paris SG se déplacera donc à Amiens au prochain tour, en janvier 2018, pour son quart de finale de la Coupe de la Ligue alors que l’un de ses principaux rivaux, Monaco, jouera quant à lui un derby contre Nice, selon le tirage au sort réalisé mercredi sur le plateau de Canal+. Nous espérons que vous avez écouté nos conseils d’hier sur cette équipe, que vous avez bien vérifié les côtes du PSG sur Bwin et que vous avez misé sur NetBet, car le PSG a su encore se surpasser, comme nous vous l’annoncions, et ce malgré l’absence de Neymar, comme nous l’avions prédit !

C’est un grand PSG, fort et solide, qui a su rétablir l’ordre ce soir de match, tout juste 11 jours après l’affront en Championnat qui leur avait été fait par leur adversaire du soir. Les Alsaciens ont littéralement été dévorés au menu d’un club que l’on appelle de plus en plus dans la presse, et à juste titre : l’ogre parisien. Il n’aura même pas eu besoin de la présence de sa star du moment, Neymar tout juste de retour du Brésil, pour écraser son adversaire, qui s’est montré cependant moins rigoureux que lors de l’exploit réalisé en Ligue 1.

Un match sous tension pour Strasbourg

Dès le début de la rencontre, le PSG a mis la pression à son adversaire, faisant déjà le break en moins d’une demi-heure, grâce notamment à deux erreurs défensives majeures de leurs adversaires. En premier lieu, ils profiteront d’un but contre son camp de Salmier à la 12e minute (1-0), et se délecterons dans la foulée d’une sortie manquée du gardien Oukidja, alors gêné sur le moment par son défenseur Kenny Lala. Angel Di Maria sautera sur l’occasion et fera payer par son opportunisme, l’addition salée à Starsbourg. Il ne restera plus qu’au PSG à enfoncer le clou à la 62e minute avec un but de Dani Alves, puis un but de Julian Draxler à la 78e. Strasbourg pourra cependant compter sur Grimm et Blayac qui sauveront l’honneur en marquant un but respectivement à la 36e et 88e minute de la rencontre. Même si on a pu constater quelques failles ce soir-là dans la défense parisienne, on a pu assister à une équipe qui a fait l’essentiel pour préparer son prochain déplacement en toute quiétude vers Amiens, qu’elle affrontera lors du tour suivant.

Et du côté de l’OL et de l’OM ?

Le futur ne réserve plus qu’un « Olympico » aux deux clubs de Lyon et Marseille, qui s’affronteront donc pour déterminer qui sera encore dans la course à la 2e place de Ligue 1, dimanche prochain, alors qu’ils ont été éliminés dès leur entrée en lice. Rien n’était joué d’avance pour Lyon qui avait peut-être fait l’erreur de faire tourner son équipe, permettant cependant d’ouvrir le score avec un but de Myziane Maolida, mais ne profitant pas assez d’expérience sur le terrain, avec une équipe peut-être un peu trop jeune, pour résister à la Mosson (4-1), et plus particulièrement face à un doublé de Souleymane Camara.

L’OM et les erreurs d’arbitrage…une vraie idylle

En ce qui concerne le match de l’OM, au même moment, on aura encore une fois affaire à une drôle de confusion arbitrale à Rennes. Ce sont les incidents d’arbitrage qui donnent un goût amer à l’élimination de l’OM battue par Rennes (2-2, 4-3) lors de la toute dernière journée de Championnat. Le match se verra troublé par un but fantôme, finalement non-validé pour Rennes, et un but non accordé de Mitroglou pour un hors-jeu inexistant. Mais tout cela découle alors d’une frappe du capitaine rennais Benjamin André à la 63e minute de match. La frappe avait alors rebondi nettement devant la ligne de but après avoir heurté la transversale.

Mais on retrouve alors ensuite l’arbitre de touche qui signalera plusieurs dizaines de secondes plus tard qu’elle avait effectivement franchi cette ligne. Mais l’arbitre Johan Hamel avait annulé ensuite ce but, qui aurait donné à Rennes un avantage de 3-1, après plusieurs minutes de tergiversation, expliquant en fin de match au micro de Canal+ : « L’essentiel, c’est le bon sens dans ces situations-là. Je suis resté sur ma première impression. Pour moi c’était flagrant que le ballon n’était pas rentré. Surtout c’est la réaction des joueurs aussi sur le terrain qui m’a fait penser cela parce que personne n’a rien réclamé sur l’instant ».

Mais cela sera que la toute première tâche d’ombre sur ce match qui vivra une seconde erreur d’arbitrage, près d’un quart d’heure plus tard. Un but sera alors injustement refusé à Mitroglou, qui avait alors ouvert le score pour l’OM à la 77e minute. Il écopera d’un hors-jeu inexistant qui contribuera au final à ternir encore davantage la prestation du corps arbitral pendant cette rencontre chaotique, qui se verra conclue ensuite par des Marseillais qui se sont montrés trop maladroits et imprécis sur penalty pour se qualifier.

Jusqu'à 100€ Offerts

Profitez de l'Offre !