La Russie & l’Uruguay qualifiés pour les 8e de finale

Jusqu'à 100€ Offerts

Profitez de l'Offre !

Mercredi 20 juin signe le jour qui précède le lancement officiel de l’été, mais aussi le jour où le Mondial de football 2018 a pris un autre visage et un grand virage. Il a été le jour décisif pour deux équipes nationales, en la qualité de l’Uruguay et de la Russie, en les propulsant au rang de sélections devenues les premières équipes à se qualifier pour les 8es de finale. Mais qui dit qualifiés, dit aussi éliminés. Et ce sont le Maroc, L’Égypte et l’Arabie Saoudite qui en feront alors les frais en étant les premiers évincés de la compétition. On peut même voir un mondial perdre aujourd’hui sa première star, puisque le « Pharaon » Mohamed Salah s’en est allé.

L’effet domino de Suarez

C’est le jour de sa 100e cape que Luis Suarez a signé le but de la victoire de l’Uruguay contre l’Arabie saoudite (1-0). Une occasion pour lui de le célébrer avec un geste à trois doigts, pour signifier un heureux événement, à savoir l’arrivée de son troisième enfant. Mais c’est aussi un but qui clôturera les comptes dans le Groupe A qui voit donc la Celeste se qualifier pour les 8es de finale. Ce sera également le cas pour la Russie qui sera également sauvée, sans même jouer. Autant vous dire que c’est plutôt la fête dans le pays hôte qui voit leur meilleure différence de buts, avec 8 marqués pour 1 seul concédé, leur permettre de prendre pour l’heure la tête de la poule. Une drôle de surprise pour le monde du foot qui n’avait pas vu cette équipe gagner jusqu’à aujourd’hui dans ce tournoi international.

Mais si les Russes sont plutôt satisfaits du résultat, il n’en reste pas moins que la prochaine étape sera une autre paire de manches, puisque cela déclenche à présent le problème majeur pour la « Sbornaïa » : il se profil en théorie, une rencontre soit contre le Portugal, soit contre l’Espagne en 8e de finale. On passe la barre un niveau au-dessus et on est en droit de se demander, si on parie en ligne sur Bwin, si la Russie va assurer contre ces équipes d’un niveau supérieur à ce qu’elle a déjà rencontré en phases de poules. Et tant pis pour les dommages collatéraux, comme les Saoudiens qui sont donc éliminés, mais aussi les Égyptiens qui le sont également…sans même jouer. C’est une histoire plutôt triste pour Mohamed Salah, la star égyptienne qui n’aura pas vraiment pu briller dans ce mondial, ne jouant que le deuxième match de son équipe, qu’il a perdu mardi soir 3-1 face aux Russes. Mais de toute évidence, il n’était pas encore prêt pour ce tournoi, sa blessure à une clavicule lors de la finale de la Ligue des champions le 26 mai avec Liverpool étant encore trop récente.

Cristiano Ronaldo la loco

C’est une vraie locomotive. Cristiano Ronaldo a quasiment fait le ménage dans le groupe B à lui tout seul pour ce début de tournoi. Auteur d’une nouvelle performance pour l’attaquant, il a inscrit le but (1-0) qui permet à son équipe du Portugal d’entrevoir les 8es de finale et d’éliminer le Maroc par la même occasion.

C’est également le cas de l’Espagne qui a battu quant à lui l’Iran. Ce sera cependant sur le plus petit des scores également de 1-0. Une Espagne qui avance tranquillement, mais surement, vers le niveau suivant. Actuellement, elle est à égalité de 4 points avec le Portugal. Il y a donc de grandes chances pour que la première place de groupe se joue une nouvelle fois entre les deux équipes ibériques, mais à distance cette fois, lors de la dernière journée de ces phases de poules. Une occasion de vérifier les bonus sportifs sur vos sites de paris habituels et de peut-être vous intéresser de plus près à cette équipe pleine d’avenir à Russie 2018.

Mais pour revenir à Ronaldo, la star a donc encore marqué pour une 4e réalisation en seulement deux matches. Ce sera cette fois de la tête et ce sera l’occasion pour lui de devenir à ce jour le seul meilleur buteur du tournoi. Pour son 85e but de sa carrière avec le Portugal, il devient au passage, selon le statisticien Opta, le meilleur buteur européen, passant devant le Ferenc Puskas, le précédent détenteur du record qui était alors auteur de 84 buts entre 1945 et 1956 avec son équipe de Hongrie. Le sélectionneur Fernando Santos expliquera alors avec humour sa forme du moment : « C’est parce qu’il a un super entraîneur ! Il est comme le vin de Porto, il sait tirer parti au maximum de ses capacités et de son âge de 33 ans. ». Alors que de son côté, le principal intéressé reste lucide et sobre : « Les attentes, c’est de continuer à s’améliorer, on est ici, on va voir, le mieux est d’y aller match après match jusqu’à la qualification. ».

Et du côté de l’Espagne…

Et bien on a retrouvé une Roja qui a repris des couleurs et surtout ses bonnes vieilles habitudes. Elle s’est remise à adopter son célèbre tiki-taka, à savoir un jeu de passes redoublées et redoutées, même si elle a cependant légèrement peiné à transpercer une solide défense iranienne hier soir, voyant même la VAR lui offrir un petit coup de main en refusant un but de son adversaire.

Pour l’Espagne, la voie est toujours toute tracée : il s’agit d’un favori du moment qui profite cependant des piètres performances des autres équipes avec laquelle elle est en concurrence pour ce titre ; comme le Brésil et l’Argentine qui ont été tenus en échec respectivement par la Suisse et l’Islande (1-1 à chaque fois), ou encore comme l’Allemagne qui a été battue quant à elle par un Mexique (1-0) que personne n’attendait et qui a fait exploser les cotes sur les sites de paris sportifs du monde entier.

Jusqu'à 50€ Offerts en Cash

Profitez de l'Offre !