La Croatie affrontera la France en finale du mondial

Jusqu'à 100€ Offerts

Profitez de l'Offre !

Le Mondial 2018 commence à prendre une tournure de fin de fête. Mais l’affiche de la finale France-Croatie promet de mettre le feu dans le stade de Moscou et dans les rues des deux pays. Une finale qui, 20 ans après le sacre des Bleus, sonne comme une petite revanche pour les Croates.

Ce sera France-Croatie pour la finale

Les jeux sont faits depuis mercredi 11 juillet et ce sera donc la Croatie qui affrontera la France en finale de la Coupe du monde. Mais si ce match s’annonce passionnant, c’est qu’il souffle en fond de terrain comme un léger souffle de vengeance. En effet, il y a 20 ans, les Bleus avaient éliminé les Croates en demi-finale sur la route du sacre mondial de 1998. Le rendez-vous est donc fixé à dimanche entre ces deux nations, à Moscou et à partir de 17h, pour écrire une autre histoire de ce championnat international.

Mais si la France a battu la Belgique mardi (1-0), elle peut quand même se poser des questions sur la solidité de celui que l’on appelle l’épouvantail du mondial 2018. Mais elle a cependant bénéficié d’un jour supplémentaire de repos, ce qui lui permettra d’afficher un léger avantage fraîcheur sur son adversaire ; des Croates qui sont venus quant à eux à bout de l’Angleterre après des prolongations (2-1). Une Croatie qui a donc disputé une troisième prolongation dans la phase à élimination directe de ce Mondial, soit l’équivalent d’un match supplémentaire en dix jours…

De nouveaux dangers croates

Deux nouveaux héros débarquent dans le camp des Croates depuis ces dernières rencontres. Les Bleus devront donc faire bien attention, et surtout surveiller « Super Mario » Mandzukic, attaquant de la Juventus Turin, qui a inscrit le but de la victoire à la 109e minute. Un but marqué sur une passe du second joueur à ne pas négliger : Ivan Perisic qui évolue à l’Inter Milan. Un joueur qui avait auparavant arraché l’égalisation et qui permet avec son équipe d’offrir à leur pays la chance et l’opportunité de disputer sa première finale. Quant aux Bleus, ce sera la troisième pour l’équipe de France, après le succès de 1998 et le cuisant échec de 2006.

Les Croates ont donc privé l’Angleterre de la deuxième finale, après le titre de 1966 à domicile, et le pays se prépare tout simplement à ce qui est devenu en fait le match le plus important de toute son histoire. Une situation importante dont la sélection a déjà bien pris conscience. Il faut dire que les milliers de supporters qui sont descendus dans la soirée dans les rues de Zagreb pour fêter l’avènement, mais aussi à Rijeka, Dubrovnik ou Osijek, pour célébrer le « miracle de tous les miracles », ne sont pas passés inaperçus… Perisic, nommé homme du match, commentera : « Nous avons commencé lentement, mais nous avons montré notre caractère tout comme lors des deux derniers matches à élimination directe. ».

La France en fête

On peut dire que le stade de Moscou accueillera du beau monde dimanche pour cette rencontre dont le coup d’envoi sera à 17h00. Emmanuel Macron assistera à ce duel dans les tribunes, et sera accompagné pour l’occasion de son épouse Brigitte, histoire d’assister à cette finale incroyable soutenue par tout un peuple qui a déjà les yeux dans ses Bleus. Il faut dire que du côté de la France et selon une annonce de Médiamétrie, on ne recense pas moins d’un total de 20,7 millions de téléspectateurs qui ont suivi mardi soir la victoire des Bleus sur la Belgique, toutes chaînes et tous types d’écrans confondus.

Des spectateurs qui, au coup de sifflet final du succès contre les Diables rouges, n’ont pas hésité pour certain à se masser dans une foule compacte sur les Champs-Élysées, à l’image d’une certaine année 1998, quand elle chantait à tue-tête « Et un et deux et trois zéro » alors que le visage de Zinédine Zidane était projeté sur l’Arc de Triomphe.

Didier Deschamps, qui en 1998 soulevait la Coupe du monde comme capitaine des Bleus, commentera cet élan : « Les images sur les Champs, ça rappelle des bons souvenirs, mais il y a 20 ans, c’était des images après une finale, cette fois c’était après une demi-finale. Il y a deux ans, c’était si douloureux, ce n’est pas rien de gagner une demi-finale, mais il y a la finale ensuite. ».
En effet, la finale de l’Euro-2016 en France reste dure à digérer alors que les Bleus s’étaient inclinés après une prolongation cruelle et la victoire du Portugal (1-0, a.p.).

Il reste la finale

Il ne faut pas s’emballer et vendre la peau du Croate avant de l’avoir éliminé de la compétition définitivement. Et les Bleus semblent en avoir pris conscience, car si Deschamps met un point d’honneur à leur rappeler que rien n’est joué d’avance, certains joueurs prouvent qu’ils ont la tête sur les épaules et qu’ils vont dans ce sens légitime de la pensée préventive ; comme Paul Pogba qui lâche alors avec pragmatisme dans le car les ramenant du stade à leur hôtel à Saint-Pétersbourg : « C’est beau, c’est beau, mais il reste une grosse marche. On est bien, c’est bien, mais c’est pas fini. ».

Samuel Umtiti, le buteur victorieux contre les Belges y va aussi de sa méfiance : « Il reste une marche. On a un pied dessus, il faut mettre le deuxième », alors que N’Zonzi enchaînera avec : « Il faut aller au bout, on n’a pas le choix. ».

Dimanche 15 juillet sera le jour où vous pourrez parier pour la dernière fois sur un match de coupe du monde de 2018. Alors, faites le bon choix lorsque vous misez sur l’équipe que vous voyez gagnante en finale sur Unibet et essayez de parier en ligne judicieusement si vous misez sur les joueurs et les individualités sur ParionsSport !

100€ de Paris Gratuits Offerts

Profitez de l'Offre !