Les joueurs de la NBA dans la presse

100€ remboursés sur premier pari

Profitez de l'Offre !

De nombreux témoignages et déclarations fleurissent un peu partout dans la presse spécialisée sur le basket cette semaine. Une occasion pour nous de vous relater par exemple quelques déclarations ou attitudes insolites relevées cette semaine par nos experts journalistiques. On retrouve par exemple Gregg Popovich, l’entraîneur des San Antonio Spurs qui chambre les médias, Russell Westbrook de l’équipe d’Oklahoma City Thunder qui effraie un journaliste, ou encore le joueur LeBron James qui a déclaré qu’il ne regrettait pas d’avoir insulté Donald Trump sur Twitter.

Gregg Popovich chambre la presse

Gregg Popovich, l’entraîneur des San Antonio Spurs qui entame sa 21e saison à la tête de l’équipe, fait parler de lui cette semaine, car il s’est gentiment moqué des journalistes, au moment de débuter le  »Media Day » de son équipe lundi 25 septembre. Après avoir passé de longues minutes à s’exprimer avec gravité sur le comportement de Donald Trump et sur le climat actuel qui règne aux États-Unis, Gregg Popovich n’en a pas pour autant oublié son sens de l’humour aux vestiaires. Lors de sa première conférence de presse de la saison, il a tout simplement déclaré en appuyant sur son air et son ton las : « C’est tellement formidable d’être de retour devant vous. J’ai attendu ce moment tout l’été. Je suis tellement content d’être là. Allez, posez-moi les mêmes questions qu’il y a quinze ans !»

Mais Gregg est également remonté cette semaine. Le coach des Spurs Gregg Popovich critique farouchement la politique de Donald Trump, en estimant ce même jour que son pays était devenu « une source d’embarras dans le monde » et que Donald Trump s’est comporté « comme un élève de sixième ». On sait depuis longtemps que Gregg Popovich ne se montre pas aussi avare que d’ordinaire face aux journalistes lorsqu’il s’agit d’évoquer des sujets politiques et sociaux et le media day des Spurs n’a pas dérogé à la règle ce lundi. Le coach de San Antonio a évidemment réagi à la guerre ouverte qui a éclaté entre les sportifs américains et Donald Trump, le président des États-Unis suite à l’affaire du Tweet incendiaire du Président.

« Notre pays est une source d’embarras pour le monde. Retirer l’invitation aux Warriors à la Maison Blanche, j’ai trouvé ça comique, car ils n’y seraient de toute façon pas allés. C’est comme si un élève de sixième, qui découvre que personne n’est venu à sa fête, annulait les invitations. C’est écœurant, mais ça reste comique. Il faut que l’on parle des choses désagréables et que les gens se sentent embarrassés par ce qu’il se passe, notamment les Blancs américains. Peu importe ce qu’ils envisagent de faire ou pas : c’est important qu’on les respecte, et il n’y aura aucune récrimination de notre part, à moins que ce soit ridicule ». Le coach américano-serbe a expliqué effectivement qu’il comptait laisser à ses joueurs la liberté de protester au moment de l’hymne national.

Russel Westbrook impressionne

C’est la seconde news insolite dans le milieu du basket que nous vous relatons : Russell Westbrook, joueur de l’équipe Oklahoma City Thunder, effraie un journaliste. Il faut bien avouer que, de par sa présence, sa stature et son regard souvent noir, le joueur en impose et se trouve être particulièrement intimidant. Et on en a eu la preuve lors du Media Day de l’Oklahoma City Thunder lundi ou on a pu constater que Russell Westbrook ne faisait pas qu’effrayer ses adversaires…mais qu’il terrorisait également des journalistes. Un journaliste de la presse spécialisée était en train de poser une question, puis s’est mis à s’interrompre : « Non, attendez, je suis trop nerveux, je passerai plus tard ». Westbrook a alors explosé de rire devant la situation, ainsi que le reste de l’assemblée.

Carmelo Anthony sur la touche ?

C’est encore une petite histoire reliée à la presse qui fait la une dans cette actualité un peu euphorique du monde du basket. Carmelo Anthony actuellement dans l’équipe d’Oklahoma City Thunder découvre cette nouvelle équipe après avoir fait ses preuves à Denver et à New York qu’il a quitté cet été. Il va donc découvrir une troisième équipe NBA dans sa carrière. Mais il précise bien que la possibilité de débuter sur le banc de touche ne l’inquiète pas. Carmelo Anthony a choisi cependant de prendre à la rigolade une question sur la possibilité de le voir démarrer les matches en tant que remplaçant. « Qui ça ? Moi ? Je ne sais pas d’où vient cette idée » puis il interpelle alors Paul George présent dans la salle : « Hey P, ils disent que je dois sortir du banc !» Préparez vos mises sur vos sites de paris en ligne habituels en surveillant ce joueur de près.

LeBron James VS Trump

Autre fait remarqué dans la presse, LeBron James ne regrette pas l’insulte contre Donald Trump et le fait savoir lors du « Media Day » des Cleveland Cavaliers lundi. LeBron James a déclaré effectivement qu’il ne regrettait pas d’avoir insulté Donald Trump sur Twitter après le tweet de Donald Trump retirant l’invitation aux Golden State Warriors de Stephen Curry. LeBron James avait alors répondu avec un message commençant par « U bum », une insulte traduite littéralement par « clochard ». C’est ici une expression que l’on peut finalement remplacer par « Quel con », « Quel imbécile ».
Une affaire qui fait du bruit et qui a suscité lundi à Cleveland, des questions au basketteur à qui on a demandé tout simplement s’il regrettait d’avoir utilisé ce mot. La star des Cavaliers a ensuite répondu qu’il ne regrettait rien : « Ce qui m’a fait rire quand j’ai vu tout ça, c’est que Trump a retiré l’invitation à quelqu’un qui n’allait pas venir de toute façon… Trump ne comprend pas le pouvoir qu’il a. Il ne réalise pas le nombre de jeunes qui regardent le président des États-Unis et cherchent auprès de lui un guide, un leader, quelqu’un qui encourage. Il ne le comprend pas ou alors il s’en fiche. Donc est-ce que j’enlève « U bum » de mon message ? Non parce que si c’était le cas, j’aurais effacé mon tweet ».

Jusqu'à 100€ Offerts

Profitez de l'Offre !