Clermont a assuré au Top 14

Jusqu'à 50€ Offerts en Cash

Profitez de l'Offre !

Qui a dit que le Top 14 était une compétition morose ? Lorsqu’on suit une équipe comme Clermont, on est obligatoirement plongé dans une ambiance de folie. Surtout si on parie sur l’équipe sur un bookmaker en ligne comme Unibet. Et si nous vous parlons aujourd’hui de bons moments dans la compétition, c’est justement parce que Clermont nous en a procuré un hier soir, en brillant donc lundi à Londres en mettant fin à deux ans d’invincibilité européenne des Saracens (46-14). Et il le fera en soignant la rencontre grâce à six essais, dont un triplé signé par un Raka qui se trouvait être particulièrement survolté sur le terrain. Et on peut même voir ici un challenge qui était à l’origine redoutable à relever. En effet, Clermont est arrivé à battre les double champions d’Europe en titre, invaincus depuis 20 matches dans l’épreuve depuis la demi-finale 2015 face à… Clermont, chez eux à domicile et dans un froid glacial. On s’est donc retrouvé face à une équipe de Clermont qui s’est retrouvée assez folle pour y croire et surtout encore plus folle pour réaliser ce qui paraissait impossible sur le papier.

Un report de match bénéfique

On peut dire que les 24 heures supplémentaires qu’a passées Clermont en Angleterre, suite au report du match en raison de la neige, auront été profitables à l’équipe et surtout joliment mises à profit au final. Il encaisse ici à la fois un bonus et une revanche sur la finale et en plus une performance qui devient une référence. Cela leur permet surtout de prendre la tête du groupe 2 et de voir un chemin de plus en plus large s’ouvrir à eux pour les guider vers les quarts de finale. Benjamin Kayser, le talonneur de Clermont est plutôt content de cette performance : « Gagner chez les double champions d’Europe en titre avec le bonus, évidemment c’est un exploit. Il n’y a pas 500 stratégies contre ces mecs-là. Il faut donner 150% pendant tout le match. Honnêtement, on a l’impression qu’on ne nous a pas vraiment respectés dans l’organisation de ce truc. Ils m’ont fait un trou dans le cœur en mai dernier, ça fait du bien de leur faire un peu mal ».

Il ne faut pas oublier que les « Sarries », même s’ils vont mal en ce moment en comptabilisant cinq défaites domestiques de rang en novembre, ne sont pas pour autant une équipe faible. Bien au contraire. Malgré les absences pour blessures de Maro Itoje et Liam Williams, ils restent cependant une machine redoutable. Mais ils n’ont rien pu faire face à une équipe de Clermont qui se montre féroce sur la scène européenne, et qui a su prouver ici qu’elle est capable de hausser son niveau, comme ce fût le cas lors des deux premières journées lorsqu’elle a remporté ses rencontres face à Ospreys (26-21) puis contre Northampton (24-7).

Franck Azéman, qui est l’actuel directeur sportif et entraîneur de l’ASM Clermont, commente : « Ça restera trois jours inoubliables parce qu’il y a la victoire derrière. Il y a des choses imprévues qui créent un groupe, une dynamique, peut-être que cela peut en faire partie. On a passé trois jours les uns sur les autres, et avec derrière quelque chose d’intense, donc c’est plutôt positif ».

Alors qu’il devait se passer de ses ouvreurs blessés, comme McAlister, Fernandez ou encore Lopez, Azéma avait choisi de titulariser le Néo-Zélandais Toeava en N.10. Une très belle stratégie qui s’est avérée alors payante puisque cela à assurément offert un tour résolument offensif à un Clermont plus que déchaîné où on a pu voir une équipe de Clermont lancer leur match dans le sillage d’une mêlée ultra dominatrice. C’est d’ailleurs cette attitude qui leur a sauvé la mise à plusieurs reprises dans les moments durs de la rencontre.

Bernard Laporte souhaite moins d’étrangers en Top 14

L’autre actualité du jour est cette déclaration de Bernard Laporte, le président de la FFR, qui a réaffirmé cette semaine sa volonté de réduire le nombre d’étrangers dans les équipes de Top 14, relançant ici une promesse de campagne qui n’avait quasiment plus été évoquée depuis un an dans le milieu du ballon ovale.

Bernard Laporte a donc redit sa volonté de réduire drastiquement le nombre d’étrangers dans les équipes de Top 14, dans les colonnes de Midi Olympique ce lundi 11 décembre 2017. Pour vous faire une idée, le règlement actuel fixe à 14 la moyenne sur une saison de JIFF (joueurs issus de la filière de formation) par feuille de match. En cas de non-respect de cette close, le club se voit alors sanctionné sous peine de retrait de points la saison suivante. Bernard Laporte veut ramener le « nombre d’étrangers » à cinq plutôt que 14.

Jusqu'à 100€ Offerts

Profitez de l'Offre !