Alexander Lévy en route pour l’EurAsia Cup

Jusqu'à 200€ Offerts

Profitez de l'Offre !

Nous terminons cette semaine pleine de rebondissements, que soit dans le foot, le handball ou encore les courses de Rallyes, par une nouvelle dans un sport un peu plus docile. Bienvenue dans l’univers de golf avec un français qui va vivre, ce début d’année, une expérience tout à fait nouvelle pour lui. En effet, Alexander Lévy se frotte à l’Asie avec la Ryder Cup en tête…

Un test grandeur nature à ne pas rater

La meilleure occasion en or de prouver au Danois Thomas Björn qu’il a les épaules pour la Ryder Cup, le golfeur français Alexander Lévy va la vivre aujourd’hui. Il va en effet effectuer sa toute première sélection européenne lors de l’EurAsia Cup qui débute ce vendredi à Shah Alam en Malaisie et il y a de fortes chances qu’il soit déjà conscient qu’il n’aura peut-être jamais plus l’occasion de profiter d’une telle opportunité dans un avenir proche…ou éloigné. Le Français, classé 74e joueur mondial et 21e de la dernière Race to Dubaï, ne devrait effectivement pas se trouver en Malaisie pour affronter les meilleurs golfeurs asiatiques. Mais alors, que s’est-il passé ?

Présent grâce à l’absence des cadors

Si Alexander Lévy peut et doit profiter de cet instant, c’est effectivement qu’il le doit à de nombreuses absences de têtes de séries semblant bouder l’événement cette saison. L’EurAsia Cup, disputée sur le modèle de la Ryder Cup, n’a visiblement pas la cote auprès des cadors européens. Les Espagnols Jon Rahm et Sergio Garcia semblent ne pas s’intéresser au challenge, tout comme l’anglais Justin Rose qui manquera à l’appel et le Nord-Irlandais Rory McIllroy qui ne semble pas motivé à jouer. Et ce n’est pas rien pour l’organisateur du tournoi puisqu’ils sont tous classés dans les onze meilleurs joueurs mondiaux. Ils ont donc tous décidé de faire l’impasse pour cette troisième édition de l’épreuve, libérant du coup quelques places et faisant le bonheur de Lévy. C’est donc un scénario idéal pour « El toro », natif d’Orange en Californie, d’être invité par le capitaine de l’équipe européenne Thomas Björn. Il se trouvera aux côtés de l’anglais Paul Casey, 14e mondial et invité également, alors qu’il avait été absent du Tour européen en 2017.

Tout bénef pour Lévy

Une occasion pour ce golfeur français de s’entraîner et d’assurer son poste de capitaine de la sélection européenne de la Ryder Cup. Le Danois va pouvoir se préparer pour cette prestigieuse compétition contre les États-Unis, qui se déroulera dans quelques mois en France, pour la toute première fois de l’histoire…Il paraît donc logique pour lui, et pour nous, de voir ici une très belle opportunité et occasion de se placer en bonne position pour une invitation au Golf national de Saint-Quentin-en-Yvelines en septembre.

Et si cette invitation est une opportunité à ne pas manquer, c’est tout simplement car elle est habituellement la seule porte d’entrée d’une sélection en Ryder Cup pour le Français. À moins d’une saison exceptionnelle, il devrait en effet avoir du mal à intégrer grâce à son classement dans le gratin européen.

C’est donc une excellente occasion pour Lévy d’apprendre beaucoup lors du week-end aux côtés du Suédois Henrik Stenson, classé 9e mondial, ainsi que des Anglais Tyrrell Hatton, classé 17e et Tommy Fleetwood classé quant à lui 18e. D’ailleurs, Björn n’hésite pas à souligner dans ce sens : « Qu’on gagne ou qu’on perde, on va apprendre beaucoup. Mais évidemment que le critère de réussite passe par une victoire. », alors que Lévy rappelle quant à lui : « C’est la première fois que je dispute un tournoi en équipe depuis que je suis passé pro. Je suis vraiment impatient de passer aux choses sérieuses, d’autant que l’ambiance est vraiment bonne au sein de l’équipe. ».

Il est intéressant de se remémorer également qu’en 2016, l’Europe avait dominé l’Asie sur le score de 18,5 points contre 5,5 points. Une Asie qui voit du côté de son équipe un manquement de poids de bons éléments à l’appel. En effet, le Japonais Hideki Matsuyama, 5e mondial, son compatriote Yusaku Miyazato classé 50e et le Sud-Coréen Siwoo Kim classé 37e, ne seront pas présent sur le green.

Mais il faudra se méfier cependant de l’escouade asiatique. Dirigée par l’Indien Arjun Atwal, elle peut effectivement créer la surprise en s’appuyant notamment sur le Japonais Yuta Ikeda, qui pointe au 36e rang mondial, le Thaïlandais Kiradech Aphibarnat qui est classé 49e et également sur le Chinois Li Haotong classé quant à lui 59e.

La Ryder Cup

Pour terminer, nous vous proposons d’en savoir un peu plus sur ce qu’est cette fameuse Ryder Cup. Il s’agit donc d’un trophée de golf créé en 1927, légué par Samuel Ryder, qui récompense tous les deux ans le vainqueur du tournoi qui oppose par équipe depuis 1979 l’Europe et les États-Unis.
On retrouve ici une compétition qui est conjointement administrée par la PGA of America et la PGA European Tour. Ce tournoi est donc disputé alternativement sur des parcours européen et américain et se trouve puiser son origine dans un match d’exhibition qui eut lieu en 1926 entre deux équipes professionnelles, une américaine et une britannique, sur le parcours du Wenworth Club au Royaume-Uni.

Pour la petite anecdote du jour, sachez que la toute première véritable Ryder Cup s’est disputée en 1927 aux États-Unis et que depuis, ses différentes améliorations au fil du temps ont réussi à rendre cette épreuve beaucoup plus équilibrée. Depuis 1979, les Européens ont remporté 11 fois le trophée et les Américains l’ont remporté 8 fois. Le 30 septembre au 2 octobre 2016, la 41e compétition s’est déroulée à Hazeltine National Golf Club, Chaska, Minnesota, aux États-Unis et a vu l’équipe Européenne, qui était alors tenante du titre depuis les 3 dernières éditions, s’incliner sur le score de 11 à 17. Une occasion peut-être de miser sur vos golfeurs préférés sur Unibet, vous ne pensez pas ?!

100€ remboursés sur premier pari

Profitez de l'Offre !